Cécile Andrée – Nature

Cécile Andrée, c’est tout d’abord une voix, aérienne et sensible, aussi prenante quand elle enveloppe les textes que lorsqu’elle s’envole librement dans les onomatopées.
Un timbre qui vous happe dès les premières notes de The wheel of life, ouvrant l’opus.
Les mélodies ensuite, denses et joliment obsédantes, dont elle a signé la plupart des partitions et arrangements, à la croisée du jazz moderne et de la pop.
Et enfin, le recours au haïku (sur trois morceaux), une forme concise et codifiée de poésie japonaise, dont les vers sont inspirés par l’observation, les émotions intérieures, le temps qui passe ou l’évanescence du monde qui nous entoure.

Au fil des escales, Cécile nous entraîne dans un voyage qui raconte l’histoire d’une enfant à la recherche de son père dans She knows, aborde des rives plus jazzy pour Springtime’s here, précédé d’une introduction a cappella de Sting I was brought to my senses, dans laquelle deux oiseaux symbolisent le couple, se prolonge par la rémanence de l’amour dans My heart will beat, avant de nous offrir une subtile relecture du sombre Street Spirit (Fade out) de Radiohead
Sans oublier le mélancolique Canopy qui a bénéficié d’une collaboration inattendue. Outre la musique composée par Kenny Wheeler, l’écriture a été supervisée par la chanteuse de jazz britannique Norma Winstone.

Cécile Andrée est accompagnée pour ce bel album de Ben Rando au piano, Olivier Lalauze à la contrebasse et Cédrick Bec à la batterie.

Voici l’adresse pour commander l’album.